THE CURE

Concerts de The Cure

Cet artiste n'a aucun concert programmé.

Soyez le premier à être averti
des prochains concerts de The Cure

Dernière News :
26-08-19 - REPORT LIVE / Festival Rock en Seine, on y était !

Encore trois jours passés sous le soleil de Rock en Seine, à Paris, pour terminer la saison des festivals en beauté. Une nouvelle fois, le festival parisien a su convaincre avec une programmation riche et variée, entre têtes d'affiche internationales et découvertes prenantes.

 

Dès le premier jour, la Grande Scène frissonne entre les concerts de Balthazar et Jeanne Added, accompagnée d'une chorale, alors que MNNQNS remplaçait King Princess au pied levé sur la scène Cascade, pour le plaisir de ses fans prêts à taper du pied. La nouvelle née Scène des Quatre Vents, elle aussi, fait vibrer les festivaliers en chemin entre l'entrée et le coeur du festival. Impossible de rater les riffs de Johnny Marr, ancien de The Smiths, ou la folie de Bagarre qui annonce la sortie d'un prochain album à la mi octobre : fans, préparez vous !

 

Mais ce premier soir, c'est The Cure qui emporte tout sur son passage, avec la voix impeccable de Robert Smith qui ne s'essoufflera pas pendant deux heures et quart de show, sous une foule qui s'étend presque jusqu'à la scène Cascade. Presque du jamais vu à Rock en Seine. Et, pour finir cette soirée, c'est le show des dégénérés Kompromat, duo formé de Rebeka Warior, égérie de Sexy Sushi, et de Vitalic. Deux artistes aux multiples casquettes qui proposent un spectacle techno son et lumières à faire trembler à des dizaines de mètres à la ronde.

 

 

 

 

Après toutes ces émotions du premiers jour, c'est encore sous une chaleur intense que les riffs de Catastrophe et les textes de Zed Yun Pavarotti ouvrent les festivités du samedi 24 août, face à un public légèrement moins nombreux que la veille. Céleste envoûte, Louis Cole Big Band termine sa tournée jazz en mettant tout le monde de bonne humeur, pendant que Girl in Red se jette dans la foule à corps perdu. Que du plaisir pour ces premières heures.

Rapidement, les "Paris Plage de la Musique" que sont Polo & Pan viennent mettre le feu à la scène Cascade pendant une heure de show, aussi fort qu'au Sziget Festival quelques jours auparavant. Accompagnés de leur sirène, cette chanteuse tout aussi envoûtante, ils font danser une foule qui s'étend jusque sous les arbres. Jorja Smith, à l'ascension fulgurante, captive tout Rock en Seine avec sa soul anglaise qui lui vaut le surnom de "Nouvelle Amy Winehouse". Impossible aussi d'oublier la funk débridée de Jungle qui, avec Busy Earnin, Time, et Happy Man, convainquant tout le public présent... Bien mieux que Major Lazer, qui se contentera d'un set dubstep parsemé de reprises de Aya Nakamura, Damso ou encore Drake avant de lancer en moins de quatre minutes Lean On, Light It Up et autres grands hits. Malgré un show scénique captivant, l'ensemble est plutôt décevant.

 

 

 

 

Toutefois, le troisième jour redressera la barre, notamment avec la Grande Scène qui dès 14h30 propose une programmation haute en couleurs : Cannibale ouvre le set de Two Door Cinema Club, un nouvel album sous le bras dans lequel se trouve le très funk Talk. Eux mêmes laissent ensuite la place à Bring Me The Horizon, déjà passés à Saint Cloud quelques années plus tôt. Les pogos ne ralentissent pas avec le concert des incroyables Royal Blood, venus préparer le public à un album à sortir en novembre. Hâte, quand tu nous tiens...

Sur les autres scènes, l'émotion ne désemplit pas, avec les Mini Mansions qui furent première partie de Muse à Bordeaux et Marseille. Du lourd, donc, avant les concerts de Sam Fender et sa voix semblable à celle de Brandon Flowers (The Killers) et de Deerhunter, à la voix similaire à celle de Julian Casablancas. Mais, les plus attendus sur cette scène furent Foals, leurs singles My Number et Mountain at My Gates bien dans les esprits et dans les voix du public semblant connaitre les textes du leader Yanis par coeur. Un moment très puissant parsemé de pogos, sauts, et d'un passage de Yanis contre les barrières au plus près des fans en folie. Au même moment, Agar Agar offrait un show intimiste et convaincant malgré l'extinction de voix dont souffrait la chanteuse Clara.

 

 

 

Et pour finir ce Rock en Seine puissant, il fallait compter sur le retour en force d'Aphex Twin, absent de la France depuis huit ans. Un évènement à ne pas rater, d'autant plus que ce set fut intense, entre électro pointu et dérangeant, entre images de Mimie Mathy et Aya Nakamura sur les écrans géants. Ce concert, tout comme cette édition, restera dans les esprits des festivaliers qui mettent déjà des croix sur le calendrier : fin août 2020, beaucoup seront de retour à Rock en Seine.

 

Live Report par Sébastien Martinez

Biographie de The Cure


The Cure, vieilles odeurs sulfureuses d'un passé-présent pas si loin ! Groupe phare des 80's, absolu meneur de jeu de la vague new-wave (surtout après la disparition de Ian Curtis, leader de Joy Division) et éternel survivant des déferlantes pop-rock. Le groupe de Robert Smith compte quelques albums d'anthologie (tel « Pornography » en 82) et laisse à la postérité quelques belles pages de l'histoire de la musique. Cheveux en pétard, yeux noircis et rouge à lèvres flamboyant : le visage de Robert Smith, celui de « Lovecats », reste à jamais gravé dans les esprits. « Charlotte sometimes », « Killing an arab », « A forest », « The walk », « Lament », « Just like heaven » ou « Lullaby » : autant de mots qui font courir le sang plus vite dans beaucoup de veines ! L'histoire de The Cure, sans fin, s'écrit depuis 1979. Le son Cure ? En perpétuelle évolution et pourtant terriblement identifiable. Rock torturé ou pop altière, new wave ludique ou cold wave lugubre, Smith et les siens ont su trouver un juste compromis entre atmosphères majestueuses et humeurs ombrageuses, ambiances oniriques et mal-être chronique. Grandiloquente, dérangeante, enivrante, légère ou menaçante, la musique du band originaire de Crawley n'en finit pas de surprendre. Même si Smith a pris quelques rides et perdu un peu de son génie créateur. Preuve son dernier album « Bloodflowers » en 2000. 2002 : plus de 20 ans de vie commune, de coups de Trafalgar avec ruptures à la clé (comme le départ, en 89, de Lol Tolhurst, ami de toujours et membre fondateur), des formations variables avec musiciens de rechange (Simon Gallup (basse), Matthew Hartley (claviers), Porl Thomson (guitare), Roger O'Donnel (claviers) ou Perry Bamonte (guitare), silhouettes éphémères, ont tous écrit un bout d'histoire) et surtout des albums mythiques qui racontent Cure à eux seuls. De 79 à 82, Robert Smith plonge dans une introspection personnelle de plus en plus tourmentée qui s'achève avec « Pornography » (82), chef d'œuvre torturé et lysergique. Robert traîne alors beaucoup avec Siouxie & The Banshees et remplace, d'ailleurs, son guitariste John McJeoch. 84, volte-face surprenante : il livre « Japanese Whisper », joli album électro-pop plein de synthés et boîtes à rythmes. « The top » (84) surprend, dérange même avec ses ambiances psychédéliques déjantées (c'est l'époque de « Give Me it »). 86, la ‘curemania' bat son plein, nouveau virage à 90°, The Cure revient au format sextette et lâche « The head on the door », joyau de caractère entre pop, psyché et new-wave. Tout un programme ! The Cure envahit les stades, le clip de « Close To me » squatte les émissions musicales et Robert Smith peaufine son look. Suivront « Kiss me Kiss me Kiss me » -87 (18 morceaux iconoclaste entre romantisme et pop songs), « Disintegration » -89 (aux senteurs de « Faith ») puis « « Wish » -92 (entre rock noisy et mélancolie dépressive). Les années 90 seront plus difficiles : procès de Lol à Smith et Polydor, lassitude et fatigue des protagonistes usés par les concerts, départs en série, rumeurs incessantes de séparations : les Anglais perdent du terrain, se font plus discrets et disparaissent des bacs. 3ème millénaire, The Cure reste un nom emblématique qui déplace les foules et fédère toujours des fans. Peu ou prou, c'est le genre d'artistes que l'on souhaite voir un jour dans sa vie sur scène.

Actualité de The Cure

LIVE REPORT 26-08-19

REPORT LIVE / Festival Rock en Seine, on y était !

Encore trois jours passés sous le soleil de Rock en Seine, à Paris, pour terminer la saison des festivals en beauté. Une...

FESTIVAL 23-08-19

Cinq raisons (excitantes) pour prendre son pass pour le festival Rock en Seine

Rock en Seine, dix septième édition, c'est ce week-end avec en concert-évènement celui de The Cure et en tête...

ANNONCE 27-02-19

Andy Anderson, batteur de The Cure est décédé

Il avai t travaillé avec les plus grands du rock, Robert Smith et Iggy Pop en tête. Le batteur Andy Anderson est...

SELECTION 20-01-19

10 artistes pop-rock incontournables à voir en concert en 2019 : Muse, Tears For Fears, Elton John, Sting, Patti Smith, Massive Attack...

Il y aura encore une belle armada d'artistes et groupes anglos-saxons qui passeront par la France en 2019. Si les concerts de certains affichent...

RESERVER 07-11-18

The Cure à Rock en Seine : la billetterie est ouverte !

Robert Smith et ses complices vous attendent de pied ferme ! Après une édition 2018 en demi-teinte, l'équipe de Rock en Seine...

FESTIVAL 17-10-18

The Cure en tête d'affiche de Rock en Seine 2019 !

Rock is not dead ! Après une édition 2018 sous le signe de la transition, Rock en Seine se remet sur les rails et vient d'annoncer...

TOURNEE 16-10-18

The Cure en tête d'affiche de l'Exit Festival : bientôt des dates françaises ?

Arpès avoir rempli Hyde Park et ses 65 000 places le 07 Juillet dernier, The Cure annonce une tournée Européenne pour 2019....

ICONE 11-04-18

ICONE / Robert Smith et The Cure de retour en studio, bientôt une tournée anniversaire ?

La rumeur continue d'enfler ! Alors que le groupe jouera à Hyde Park le 7 Juillet prochai n avec Interpol, Slowdive et Ride à...

TOURNEE 15-11-16

TOURNEE / The Cure en concert en France cette semaine : revivez cinq lives mémorables du groupe en vidéo !

On apprenait la bonne nouvelle il y a tout juste un an : The Cure fera bien escale en France à l'occasion de sa tournée...

18-01-12

The Cure en concert exceptionnel aux Eurockéennes cet été

Les organisateurs ont dévoilé leur première tête d'affiche en confirmant le concert de The Cure le samedi 30 juin aux...

Vidéos de The Cure

Liste des albums de The Cure

Mixed Up Torn Down

"Mixed Up Torn Down"

06/2018 - POLYDOR
Rédiger un avis
4:13 dream

"4:13 dream"

10/2008 - POLYDOR
Rédiger un avis
Pornography

"Pornography"

09/2005 - POLYDOR
Rédiger un avis
The Cure

"The Cure"

06/2004 - POLYDOR
Rédiger un avis
Bloodflowers

"Bloodflowers"

02/2000 - POLYDOR
Rédiger un avis
Wish

"Wish"

01/1992 - POLYDOR
Rédiger un avis
Disintegration

"Disintegration"

01/1989 - POLYDOR
Rédiger un avis
Kiss me kiss me kiss me

"Kiss me kiss me kiss me"

01/1987 - POLYDOR
Rédiger un avis
The head on the door

"The head on the door"

01/1985 - POLYDOR
Rédiger un avis
Japanese Whisper

"Japanese Whisper"

01/1984 - POLYDOR
Rédiger un avis
Pornography

"Pornography"

01/1982 - POLYDOR
Rédiger un avis
Faith

"Faith"

01/1981 - POLYDOR
Rédiger un avis
Seventeen seconds

"Seventeen seconds"

01/1980 - POLYDOR
Rédiger un avis

Avis sur The Cure


Jennifer R.
1 critique
  Avis écrit le 16 Décembre 2018

Bjr recherche deux place doccasion pr the cure le 23 aout. Merci :)

Manu M.
1 critique
  Avis écrit le 19 Novembre 2016

Concerts de Lyon et Paris géniaux ! Toujours aussi généreux les cure 2h45 de concert voix toujours envoûtante de Robert Smith et Simon gallup assure toujours autant. Sui parisien mais encore meilleur concert à Lyon. Les lyonnais super sympas avec la musique qui prolonge après le concert dans les stands avec la bière qui va avec.

Vincent V.
1 critique
  Avis écrit le 16 Novembre 2016

Concert du 15/11/2016 à BERCY mémorable, toujours aussi bon et merci Robert d'être toujours aussi généreux, j'espère que The Cure reviendra en France en 2017, pourquoi pas notamment le BATACLAN!!

Hélène P.
1 critique
  Avis écrit le 13 Mars 2008

Le 12/03/2008 - Paris Bercy.
Un concert magnifique qui est allé en crescendo, un peu comme s'ils remontaient le temps. Le début était un peu mou, endormi, normal, il s'agissait des chansons plus récentes moins connues. Après la première pause, le déclic s'opère avec l'arrivée des "tubes", du "vrai" répertoire de CURE. Citons en particulier les versions excellentes des chansons de Seventeen seconds, que ce soit M, at night, in my house, et surtout A forest !!!! Je crois que Robert a été touché par le bonheur sincère du public : 3 ou 4 rappels, je n'ai plus compté à vrai dire!
en tout ils ont joué plus de trois heures !!! Mais quand reviennent ils à Paris ???

Concerts passés de The Cure

Ils peuvent aussi vous intéresser

GREEN DAY
1 CONCERT À VENIR
METRONOMY
10 CONCERTS À VENIR
STING
8 CONCERTS À VENIR