FESTIVAL GRAIN DE SEL

FESTIVAL GRAIN DE SEL

Edition 2020
Du 06 Novembre 2020 au 08 Novembre 2020 à Castelsarrasin (82)

En trois éditions, le festival Grain de Sel, labellisé Réseau Spedidam, n'a cessé de fidéliser son public, en proposant une offre musicale très ouverte, des tarifs attractifs et un cadre naturel exceptionnel : le charmant port Cousteau à Castelsarrasin.

Depuis l'annulation de la 4ème édition devant se dérouler au printemps, les organisateurs ont cherché des solutions dans le respect des gestes barrières pour organiser des retrouvailles avec le public cet automne dans une ambiance festive et conviviale.

Grâce au soutien de ses partenaires, la Spedidam, la ville de Castelsarrasin, la ville de Saint-Porquier, le département du Tarn-et-Garonne et la région Occitanie, l'association Les Amis de Pierre a le plaisir de vous dévoiler l'édition « Escapade » du festival Grain de Sel, qui se déroulera du 06 au 08 novembre 2020 !

Une formule réduite en salle et en assis, et en jauges limitées, le tout dans le respect des mesures sanitaires et de la distanciation physique en application au moment du festival.

Dans une volonté d'appuyer la dynamique culturelle liée à l'organisation du festival, celui-ci s'ouvre au territoire local et va faire une escale à Saint-Porquier le temps d'une soirée très caliente !

16-04-19

Voyage musical en eau douce pour le festival Grain de Sel !

Chaque année depuis maintenant deux éditions, le festival Grain de Sel investit les bords de Garonne pour offrir à un large...

06-04-18

FESTIVAL / La SPEDIDAM soutient les festivals : ils sont 13 cette saison à bénéficier de son aide

La SPEDIDAM , société de perception et de répartition des droits des artistes-interprètes, soutient chaque...

03-05-17

FESTIVAL / Première édition du festival Grain de Sel à Castelsarrasin

Du 12 au 14 mai, la ville de Castelsarrasin accueille un nouveau festival, le Grain de Sel . Au programme, des concerts dans les salles Jean...

Déposer un avis

2 avis sur Festival Grain De Sel

Note moyenne : 3.0 /5

4 étoiles
60% Complete
2 étoiles
60% Complete
Jerome P.
14 critiques
  Avis écrit le 30 Mai 2019

Très bonne programmation le dernier dimanche, je me suis éclaté pour la troisième édition du festival grains de Sel. Merci encore

Pascale M.
1 critique
  Avis écrit le 22 Mai 2018

Je souhaite attirer votre attention sur la programmation de Lorenzo et ses 2 acolytes Charles Vicomte et Lolo lors du festival Grain de Sel #2 auquel nous nous sommes rendu mon mari et moi le Samedi 19 mai 2018.

Si l’organisation de cet évènement a été plutôt bien menée et que les 2 premières performances (Chapelier Fou et Selah Sue) nous en enthousiasmé, il n’en a pas été de même pour le triste «spectacle » qui a suivi. Je fais bien sûr référence au contenu des textes proposés et pas à l’appréciation musicale qui est toute personnelle et sur laquelle je ne m’exprimerai pas.

Lorenzo et ses 2 invités proposent un ramassis de textes sous forme de rap, c’est-à-dire parlé, en langue française (écorchée mais française quand-même), dont les paroles sont donc audibles et compréhensibles dans leur grande majorité. Les propos tenus sont infantiles et orduriers, basés sur des frustrations sexuelles post-adolescentes plus ou moins pathologiques, l’humiliation de la femme comme objet sexuel et de toutes les violences, l’incitation à la haine (de l’autre, de tout ce qui est différent), l’exploitation de l’Homme par l’Homme (esclavage) et l’incitation à la prise de stupéfiants divers (cannabis et cocaïne au minimum sur les titres qu’il nous a été malheureusement donné d’entendre). Ils se targuent également d’en faire le commerce, Lorenzo lui-même se qualifiant de « grossiste » dans sa chanson « Babos de Merde » ce qui, jusqu’à preuve du contraire est illégale en France.

Sa chanson « Fume à fond » incite à la prise de drogue dure (je le cite) « Si t’es trop foncedé prends une trace de C ». Le C faisant évidemment référence a la cocaïne.
Sa chanson « Champagne et pétou » prône la valeur de l’argent comme seule déontologie et son pouvoir absolu sur le reste du monde : « J'suis beaucoup plus riche que tous vos darons, Ils m'faut plusieurs femmes et des esclaves ». Tout comme son autre titre « Sale Babos de Merde » ou il dit «J'ai un compte plein, j'veux les couilles vides ». La plupart de ces textes sont violents et souvent une incitation à la haine. D’ailleurs il le dit lui-même : « J'fume mes problèmes, j'cultive la haine ».

Je ne vous cache pas qu’une partie de l’audience sur place a été choquée. Nous avons échangé mon mari et moi avec plusieurs personnes sur place, il y avait des familles avec enfants et adolescents mineurs, des personnes de tout âge et ce qui promettait d’être un festival pour tous pour le plaisir d’un moment qui réunit toutes les générations autour de la musique et de Castelsarrasin (l’endroit choisi a été joliment préparé) s’est transformé en une amère pantalonnade.

Pour être bien claire, je précise que je suis pour la liberté d’expression qui est un principe fondamental de notre démocratie et toute personne, même dotée d’un quotient intellectuelle inferieur à une huître décédée a le droit de s’exprimer. Il appartient en revanche à la communauté et aux organisateurs de l’évènement de leur donner un cadre adéquat et de jauger de la pertinence de ce type de performance lors d’un festival présenté comme étant pour tout le monde et bon-enfant. La jolie jeune fille en fleur les pieds dans l’eau sur l’affiche rose du festival ne présageait en rien de cette débauche d’agressivité sur scène. Si la thématique s’y prête, alors pourquoi pas. Proposez des choses du même acabit et avertissez-en les gens sur les affiches ou sur le site (hors description de Lorenzo sur le site du festival, rien ne prévient de « paroles explicites »). Un message sur le contenu des paroles aurait du être bien visible et circulé. Passer de Chapelier Fou, un vrai musicien, violoniste de talent dont la musique électro est poétique et sophistiquée, à Selah Sue qui nous parle de sa maternité récente, du besoin d’être aimée des autres, accompagnée au piano et au violoncelle et puis tout d’un coup Lorenzo, Charles Vicomte et Lolo qui nous chantent «Sucer la bite » (je les cite) :

Si t'aimes la bite, tu peux la sucer [répété 7 fois avec quelques variantes que je vous épargne]
j'suis juste un mec à part, non non j'suis pas un artiste
Dans ma chambre les filles sont hot mais j'finis un hit
Encore une qui veut twerker son cul dans mon clip
Elle avale le truc, me dit qu'c'est son Yop
Pas de soutif pour madame sous le crop top
Ouais ouais ouais, mon sexe joue avec sa glotte, au bilboquet
Pour elle, j'confonds kamasutra et karaté

Il faut avouer que la transition est pour le moins violente.
Voila. Je tenais à vous informer de mon mécontentement. Je sais que nous avons été un certain nombre à déplorer cette performance vide de sens qu’il a fallu souffrir une longue heure sur la scène extérieure (la plus grande, que tout le monde alentours en profite bien). Je pense que Lord Esperanza qui a suivi n’était pas mieux mais on ne comprenait qu’un mot sur 10 et, à ce stade, nous avons préféré rentrer. Tant pis pour Salut C’est Cool, le dernier groupe que l’on attendait.

Après recherches, il semble que ce Lorenzo ait son succès sur YouTube, mais ce n’est pas parce qu’il représente une frange malade de la population qu’il faut lui donner un haut-parleur, ou alors au milieu de gens comme lui. Au festival Grain de Sel #2, sa performance était nulle et inadéquate pour le public présent.

J’aimerais donc que cet avis serve de mise en garde et ouvre le débat : ou s’arrête la liberté d’expression et ou commence l’incitation à la haine ? Pour moi, la réponse est claire et ce choix de programmation est un message fort que les organisateurs choisissent de soutenir et de circuler. Ils pourraient soutenir un autre type de hip-hop tout aussi transgressif mais plus second degré (style MC Circulaire, Joe la Mouk, etc.) et ne pas choisir de donner une scène et un micro à des gens qui prônent la haine et la violence. Leur petite chansonnette « fume à fond » qui pourrait faire penser à Billy The Kick et les Gamins en Folies (« Manger moi, c’est le chant du psylo […] qui ouvre les volets de la perception ») ou NTM (« Passe le ouinj y a du monde sur la corde à linge ») est un petit hymne qui semble tout innocent mais derrière des paroles rigolotes de banale fumette en soirée se cache une incitation à consommer de la cocaïne et des insultes aux « babos » contre qui visiblement ce Lorenzo a une dent. Ils sont sales, ils font la manche. C’est ça le sex, drug and rock’n roll de 2018 ?? C’est ça le message d’une génération ravagée par le chômage et la précarité ?? Suce-moi le pissou et fais-toi une ligne si t’es trop carpette ? Franchement je pleure pour l’humanité…