HOLOCENE FESTIVAL

HOLOCENE FESTIVAL

Bientôt les dates de la prochaine édition

Bientôt les dates de la prochaine édition
à Grenoble (38)
Déposer un avis

1 avis sur Holocene Festival

Note moyenne : 5.0 /5

5 étoiles
60% Complete
Juliette C.
32 critiques
  Avis écrit le 03 Août 2018

LIVE REPORT / Revivez l'édition 2017 du festival Holocène
Vendredi 3 mars 2017, le Summum, Grenoble w/ Naive New Beaters, Soviet Suprem, Carpenter Brut, General Elektriks.

Le festival de musiques actuelles Holocène envahit les scènes de l'agglomération grenobloise du 2 au 11 mars 2017. Le vendredi 3 mars au Summum, le Périscope nous a concocté une soirée folle. Au programme, le meilleur de la nouvelle scène française. On vous raconte tout.

Pour sa deuxième soirée, le nouveau festival Holocène nous a proposé un joli plateau français. De quoi être fier(e) des artistes de l'Hexagone. Mais aussi surpris(e) par tant d'extravagance. Le point commun entre les artistes programmés ? Ils évoluent tous sur la scène électro française. Et surtout, ils sont tous timbrés.

Embarquement immédiat pour l'URSS avec les Soviet Suprem qui ouvrent le bal en beauté. Dès le début, ils mettent le feu à la salle avec leur électro-punk balkanique. Les rythmes tsiganes se mêlent aux textes engagés des jeunes soviétiques qui revendiquent leurs couleurs fièrement. John Lénine et sa bande n'ont pas besoin de strass et paillettes pour transformer la fosse en dancefloor, bien au contraire. Il n'est que 19h30 et la fosse virevolte déjà. Le public content de danser « dans le Bolchoï » ira même rejoindre les artistes sur scène pour une polka décalée et interminable.

Puis arrivent les Naive New Beaters pour une heure de « chaleur et de tropicalité » comme dirait le chanteur David Boring. Les parisiens et leur électro-pop colorée continuent de nous faire bouger. Coup de cœur pour leur titre « Montecristo » qui cartonne. Avant de les voir en live, difficile d'imaginer à quel point ils sont timbrés. Et pourtant, on croirait qu'ils viennent d'une autre planète. Combinaisons bleues et jaunes, coupes de cheveux kitchs, pas de danse has been... Le ridicule ne tue pas, au contraire il plait ! Et c'est un parti réussi pour les trois artistes loufoques.

General Elektriks prend la suite et nous emmène dans son univers électro-rock. Le projet d'Hervé Salters porte bien son nom. Sur scène, les musiciens et chanteurs sont de vraies piles électriques et donnent tout. Leur énergie débordante vient contaminer la foule. Mention spéciale à Jessie Chaton, bassiste et claviériste du groupe, et son déhanché mythique. Il volerait presque la vedette au leader RV. Tout le monde chante « Raid the Radio », titre phrase du groupe. Mais le morceau qui fera l'unanimité est sans doute « Whisper to me », extrait de leur dernier album qu'on adore.

Jusqu'ici tout allait bien puis c'est le tour de Carpenter Brut. On adore ou on déteste le projet de Synthwave du jeune française qui fait salle comble à chaque prestation, en France mais aussi à l'international. Si vous êtes fans de Jean Michel Jarre, de musiques de films des années 80 et de films d'horreur glauques, vous allez aimer à coup sûr. L'artiste et ses musiciens se produisent dans l'ombre et des vidéos sont projetées sur un grand écran. Ambiance gênante voire malsaine qui représente bien l'univers de Franck Hueso et qui dénote.

Cette soirée Holocène nous aura permis de passer quelques heures totalement décalées et ca fait du bien ! Cette première édition du festival se poursuit encore les jours qui arrivent, mais aura déjà conquis le public grenoblois avec sa programmation éclectique. On espère déjà que le festival sera reconduit. Alors merci le Périscope !